La prise de conscience croissante de l’impact environnemental de nos modes de vie a conduit à l’adoption de mesures pour favoriser une gestion plus durable des déchets. Parmi ces mesures, la mise en place d’un composteur pour les particuliers dès 2024 est une initiative qui suscite de nombreux débats. pour comprendre pourquoi un composteur sera obligatoire chez les particuliers dès 2024, nous expliquerons la problématique liée à la gestion des déchets, les décisions prises par l’État et les actions à mener en tant que citoyen pour s’adapter à cette nouvelle obligation.

Quand et comment le compostage deviendra-t-il obligatoire ?

La loi votée le 12 juillet 2010, dite loi Grenelle 2, a introduit une obligation de tri à la source et de valorisation pour les plus gros producteurs de biodéchets et d’huiles. À partir du 1er janvier 2023, cette obligation s’appliquera à ceux qui produisent ou détiennent plus de cinq tonnes de biodéchets par an. Au 1er janvier 2024, tous les biodéchets et les huiles usagées devront être séparés pour être collectés et recyclés. Le processus de compostage deviendra obligatoire comme méthode de valorisation des biodéchets. La méthanisation est une autre méthode de valorisation obligatoire.

Problématique de la gestion des déchets :

Les déchets organiques représentent une part importante des déchets produits par les ménages. Leur accumulation dans les décharges et leur mauvaise gestion contribuent à la pollution des sols, de l’eau et de l’air, ainsi qu’à l’émission de gaz à effet de serre, tels que le méthane. La mise en place d’un composteur chez les particuliers permettrait de réduire le volume de déchets organiques envoyés en décharge et de valoriser ces matières pour enrichir les sols.

Lire aussi  Isoler ses combles avec de la paille : un choix écologique et économique

LA Décision de l’État :

Afin de répondre à cette problématique, l’État a décidé de rendre obligatoire la mise en place d’un composteur chez les particuliers dès 2024. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la loi Climat et résilience du 22 août 2021, qui vise à repositionner les modèles d’aménagement vers une sobriété foncière et une gestion plus durable des ressources. L’objectif est d’encourager les citoyens à prendre conscience de leur responsabilité dans la gestion des déchets et à adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

Que dois-je faire en tant que citoyen ?

Pour se conformer à cette nouvelle obligation, chaque particulier devra se doter d’un composteur adapté à ses besoins et à l’espace dont il dispose. Il sera nécessaire de se renseigner sur les différentes techniques de compostage, telles que le compostage en tas, en bac ou en lombricomposteur, et d’apprendre à trier correctement les déchets organiques pour les transformer en compost. Les citoyens pourront également se tourner vers les collectivités locales, qui pourront proposer des formations, des ateliers et des conseils pour faciliter la mise en place et l’utilisation du composteur.

la mise en place d’un composteur chez les particuliers dès 2024 est une mesure qui vise à responsabiliser les citoyens dans la gestion de leurs déchets et à favoriser une gestion plus durable des ressources. En s’adaptant à cette obligation et en adoptant des pratiques de compostage, chaque citoyen va ainsi participer à l’effort collectif sur la gestion globale des déchets en France.

Comment fabriquer son propre compost à la maison ?

Voulez-vous faire partie de la réglementation lorsque la nouvelle mesure entrera en vigueur ? Voici un guide facile , étape par étape, pour trouver le composteur adéquat.

Lire aussi  Où installer un composteur ?

La première étape consiste à vous procurer un composteur (offert par votre mairie en fonction des directives mises en œuvre par la collectivité locale). Installez-le dans votre cuisine ou sur votre balcon, dans votre cour (si vous habitez en appartement) ou dans votre jardin.

La deuxième étape consiste à couper les biodéchets en petits morceaux et à les mettre dans le bac à compost. Le compost doit être composé de 50 % de matières organiques sèches et de 50 % de déchets secs. Mélangez-les pour faire circuler l’air et faciliter le processus d’oxygénation des micro-organismes. Sans eux, pas de compost !

La troisième étape consiste à laisser reposer pendant quelques mois, puis à nourrir vos plantes de ce délicieux ragoût organique. Les vers de terre seront ravis !

Si vous ne voulez pas attendre des mois ou si vous n’avez pas de plantes auxquelles vous pouvez donner cet engrais fabriqué à partir de votre propre jardin, vous pouvez utiliser un bio-seau. Ce récipient peut être utilisé pour stocker les déchets de cuisine et les acheminer facilement vers les composteurs proposés par votre collectivité.

Les sanctions encourues

Vous n’avez pas le temps ou la motivation (parlons de paresse) pour vous lancer dans le recyclage ou le tri de vos biodéchets ? Quels sont les dangers lorsque vous ne respectez pas la loi ?

En réalité, si vous n’avez pas de composteur à la maison, rien n’indique que vous serez pénalisé. C’est plutôt la violation des consignes de tri des biodéchets qui peut entraîner des amendes de 35 à 75 euros selon l’infraction.

Lire aussi  Composteur : comment bien s'en servir ?

Recevez gratuitement 5 devis à proximité de chez vous !